Vous êtes ici : Accueil Actes anciens Partages de biens

La publication de reproductions de documents anciens provenant des Archives Départementales du Jura est règlementée et soumise à autorisation. Après sollicitation, le Conseil Général du Jura nous a bien voulu nous accorder en date du 12 février 2013 une licence de réutilisation des données publiques afin de nous permettre cette publication sur "Brainans-notre-histoire".


11/09/1676 - Partage des biens de François MOLIN

Il s'agit d'un acte rédigé par Me Pierre DARLIN, notaire de Mantry demeurant au Bouchaud. Source : Archives Départementales du Jura, cote: 4E 14/368.

La transcription a été réalisée par M-Françoise et Sandy de FranceGenWeb que nous remercions vivement.

François MOLIN est décédé au cours de l'été 1675. En septembre 1676, Blanche DUMONT, sa veuve, veut ou doit quitter la communion (communauté de biens) qui avait été établie entre les parents et leurs fils vivants: Barthelemy MOLIN et Denis MOLIN. Leur soeur, Anne MOLIN, ne participe pas à ce partage car elle est déjà mariée depuis 1671 avec Denis JEANNEAUX et a été dotée. Les lots ont été répartis et tirés au sort par Claude DUBOLE du Viseney et Bonaventure SAGNOT de Tourmont, demeurant à Bersaillin, en présence d'autres témoins requis dont Noble Mathieu FROISSARD. Il est intéressant de découvrir les us et coutumes de l'époque lors de telles situations et notamment ce qu'il doit être fait pour les biens apportés par l'épouse lors de son mariage (entre autres, le remboursement de la dot !).

Autres personnes citées dans l'acte: Barthelemy BRENIAUX, François MAITRE, Jeanne DOUGNIER (veuve), Françoise MAIGROT (épouse de Denis MOLIN), Claude MOUREZ, Pierre PICARD, le Seigneur RIGAUD du Viseney, Hugues MARION de Rathier, Claude Gaspard AUBERT de Neuvilley.

L'été 1675 (décès de François MOLIN) est marqué en France par une célèbre révolte dénommée « révolte des bonnets rouges » en Basse-Bretagne, du fait de la couleur des bonnets portés par les insurgés, cette rébellion antifiscale s'est déroulée d'avril à septembre 1675 sous le règne du Roi Soleil. Elle a été déclenchée par une hausse des contributions, dont celle sur le papier timbré, une taxe exigée pour les actes authentiques et judiciaires par Jean-Baptiste Colbert, l'homme de confiance de Jules Mazarin, principal ministre d'Anne d'Autriche régente du jeune roi Louis XIV. Cette mesure avait été prise pour renflouer le trésor royal, vidé par les dépenses occasionnées par la guerre de Hollande. La flotte hollandaise menaçait, en effet, à l'époque les côtes françaises, notamment celles de la Bretagne à commencer par Belle-Ile en 1673 et Groix en 1674. Cette aggravation de la fiscalité royale est très mal accueillie par les Bretons, non seulement parce qu'elle bafouait l'autonomie de la province, consacrée par le traité de 1532, mais surtout parce qu'elle accablait sous de nouvelles charges une population déjà écrasée par la misère.

07/03/1679 - Partage des biens de Jean DOUGNIER

Il s'agit d'un acte rédigé par Me Pierre DARLIN, notaire à Mantry. Source : Archives Départementales du Jura, cote: 4E 14/371.

La transcription a été réalisée par Sandy de FranceGenWeb que nous remercions vivement.

Après le décès de Jean DOUGNIER, l'ensemble de ses biens sont partagés au profit de ses cinq enfants vivants issus de son mariage avec Jeanne JEANNEAUX qui sont : Pierre, Anathoile, Nicolas, Fiacre et Jeanne DOUGNIER. Les lots ont été répartis et tirés au sort par Barthélémy BARBIER et Barthélémy BRENIAUX en présence d'autres témoins requis.

Autres personnes citées dans l'acte: Fiacre MAISTRE, Anathoile COUTTEROT, Jean MAISTRE, Claude MOUREZ, François MOLIN, François GUIGNARD, Michel SAUVAGE, Marie MILLECAU, Fleury POUX, Nicolas OLIVIER, Denis MOLIN, Denis BRENIAUX, François MAISTRE, Jacques DUMONT, Pierre RICHARD, Pierre GAUDRY et Loutain RICHARD de Villerserine, Jean GREVY de Ratier, Claude COURTOIS d'Oussière.

Cet acte est très intéressant tant par le nombre de personnes citées que par les nombreux lieudits énumérés qui nous sont toujours très familiers de nos jours.

Le 7 mars 1679, la Franche-Comté est française depuis sept mois environ suite à la signature du Traité de Nimègue. Ce traité fut signé le 10 août 1678 à Nimègue (actuels Pays-Bas) entre les Provinces-Unies et la France. Il mit fin à la guerre de Hollande. Louis XIV rendit Maastricht et la principauté d’Orange, occupée depuis 1672, à la Hollande, ainsi que des places-fortes, Charleroi, Binche, Ath, Audenarde et Courtrai, à l’Espagne. Ainsi, la France se débarrassait des enclaves en territoires étrangers. Le vrai perdant de la guerre fut l’Espagne qui cédait à la France la Franche-Comté, l’Artois, les places-fortes flamandes de Cassel, Bailleul, Ypres, Werwick et Warneton, ainsi que Cambrai, Bouchain, Condé-sur-l’Escaut et Bavay, dans le Hainaut. Au total, la frontière du Nord était lissée, et comprenait moins d’enclaves. Et la Franche-Comté reliait la France à la Basse-Alsace. La paix de Nimègue fut complétée par le traité signé le 5 février 1679 entre Louis XIV et l’Empereur. Le traité était humiliant pour l’empire qui cédait Fribourg-en-Brisgau. Léopold Ier dut céder à toutes les exigences diplomatiques de Louis XIV. Le duc de Lorraine refusa le traitement de Nimègue. En conséquence, Louis XIV continua d’occuper la Lorraine et annexa la place-forte de Longwy. Au nord de l’Europe, Louis XIV obligea le Danemark et le Brandebourg-Prusse à rendre toutes les conquêtes faites sur la Suède, alliée de la France (novembre 1679). La France était l’arbitre de l’Europe.

27/01/1682 - Partage des biens de François MAITRE

Il s'agit d'un acte rédigé en l'étude de Me Claude JANNEAU, notaire à Montholier de 1670 à 1693. Source : Archives Départementales du Jura, cote: 4E 173.

La transcription a été réalisée par M-Françoise de FranceGenWeb que nous remercions vivement.

François MAITRE, fils de Gaspard MAITRE, est décédé avant 1676, son épouse Sabine PROSTET décède courant 1681 et consécutivement l'ensemble de leurs biens sont partagés au profit de leurs deux enfants vivants qui sont : Jean François MAITRE et Jeanne MAITRE épouse de François GUIGNARD.

Autres personnes citées dans l'acte: François PICARD, Nicolas MASLIER, Jeanne DOUGNIER, Barthélémy BRENIAUX, Claude MAITRE, Jean MAITRE le viel, Bernard MILLERET, Claude MOUREZ, Jacques DUMONT.

Le 6 mai 1682 soit 3 mois environ après ce mariage, le roi Louis XIV, la Cour et le gouvernement quittent le Louvre et Saint-Germain-en-Laye pour s'installer au château de Versailles. Les travaux de l’architecte Louis Le Vau et du jardinier André Le Nôtre, pour transformer le pavillon de chasse de Louis XIII en résidence royale, ont commencé en 1661. Ils dureront pendant tout le règne du Roi-Soleil et coûteront 82 millions de livres à l'Etat, au grand désespoir de son administrateur, Colbert.

Vous êtes ici : Accueil Actes anciens Partages de biens